Sur les traces de (21) ... Paul Bodin

lundi 1er août 2022, par Dumont

Paul Bodin est un ingénieur français diplômé de Centrale en 1871, né à Saumur le 20 septembre 1847, ayant fait ses études à Albi où son père, architecte, avait été nommé.

Après avoir servi comme capitaine aide-major lors de la Guerre franco-allemande de 1870, il entre à la Société de construction des Batignolles (SCB) en tant qu’ingénieur en 1873. Il se spécialisa dans l’étude et l’exécution des grands travaux de ponts et charpentes métalliques. Un des ses principes d’architecte était que sa création "ne gâche pas le paysage".

On lui doit la conception et la réalisation du pont de la Trinité ( Saint-Pétersbourg – Russie) en 1897, du Viaduc du Viaur (Tanus – France) en 1902, du Viaduc de Faux-Namti (province chinoise du Yunnan) en 1907 et du Viaduc d’Asopos (Grèce) en 1908.

Il reçut en outre la médaille d’or à l’Exposition universelle de Paris de 1889 comme collaborateur de la Société de construction des Batignolles et spécialement pour le projet du viaduc du Viaur, et le Prix Montyon (catégorie scientifique) en 1903 pour sa conception des « arcs équilibrés ».

Paul Bodin décèdera en février 1926 à l’âge de 78 ans en son domicile de Paris. Il est inhumé au cimetière des Planques à Albi.

Le pont de la Trinité (1897)

Le pont de la Trinité est un pont à structure métallique qui enjambe la Neva au centre de Saint-Pétersbourg, La première pierre fut posée le 24 août 1897 en présence du président de la République française Félix Faure, de l’empereur Nicolas II et de Jules Goüin (président de la Société de Construction des Batignolles) dans le cadre de festivités marquant l’Alliance franco-russe. Il fut inauguré en 1903, juste à temps pour le bicentenaire de la capitale de l’Empire russe.

Il répond à la construction du pont Alexandre-III à Paris dont la première pierre fut posée par Nicolas II et qui fut inauguré en 1900 pour l’Exposition universelle de Paris.

- Balade au pont de la Trinité

Viaduc du Viaur (1902)

C’est en 1875 que fut décidée l’ouverture d’une ligne entre Carmaux dans le Tarn et Rodez en Aveyron. En 1887 un concours d’architecte fut lancé pour l’édification d’un ouvrage d’art pour le franchissement de la vallée du Viaur et c’est le projet de Paul Bodin qui fut retenu malgré la candidature prestigieuse de Gustave Eiffel.

Les travaux, confiés à la Société des Batignolles, débutent en 1895 et il faudra 7 ans avant d’aboutir à la mise en service du viaduc en 1902. D’une longueur de 460 mètres, le Viaduc du Viaur s’élève à 116 mètres au dessus du lit de la rivière.

Il est conçu selon la technique dite "des arcs équilibrés".

Ce pont en acier, assemblé par rivets, est composé de deux poutres en porte-à-faux équilibrées et articulées, chacune prolongée par une courte poutre à section constante et une culée en maçonnerie à deux arches. C’est le seul pont de ce type en France. À l’origine le point central du pont n’était pas soudé, l’arche principale est donc scindée en deux parties indépendantes capables de soutenir chacune un poids considérable. Les deux parties furent soudées pour des raisons de maintenance peu après la construction du viaduc.

Son ouverture aura permis de rompre l’isolement du Ségala, notamment au niveau agricole. En effet, les terres pauvres du plateau du Ségala allaient pouvoir recevoir de la chaux qui arrivait de Carmaux par pleins wagons pour enrichir les cultures.

Pour féter les 120 ans du Viaduc du Viaur le train historique de Toulouse fera un aller-retour Toulouse-Naucelle le dimanche 4 septembre 2022.

- Balade pendant la construction
- Balade pour admirer le viaduc de près
- Balade pour admirer le viaduc de la route
- Balade pour admirer la vallée du Viaur
- Balade à l’hôtel Angles
- Balade au restaurant Broussy
- Balade dans les gares du viaduc
- Balade pour admirer le passage des trains
- Balade dans les photos du viaduc

Viaduc de Faux-Namti (1907)

Le pont enjambe une gorge de 102 m au-dessus de la rivière Sicha, un affluent de la Nanxi, avec une seule travée de 55m. Le pont est soutenu par un arc à trois articulations en métal, composé de deux treillis triangulaires disposés de manière similaire aux feuilles d’un pont à bascule. Le talon de chaque treillis repose sur un joint à rotule ancré à une entaille dans la falaise.
La construction du pont a été très difficile et coûteuse, nécessitant le développement de méthodes de construction novatrices pour faire face aux conditions difficiles du site. La construction du pont a été effectuée par la Société de Construction des Batignolles, entre mars 1907 et décembre 1908.
Le viaduc de Faux-Namti sera jumelé avec le viaduc du Viaur en 2017.

- Balade au viaduc de Faux-Namti

Viaduc d’Asopos (1908)

Le viaduc d’Asopos est le plus haut pont ferroviaire de Grèce. Il était constitué par un arc en treillis à 3 charnières qui traversait un gouffre profond sur la ligne entre Salonique et Athènes. Semblable au pont de Faux-Namti en Chine, les entretoises en treillis inclinées de la travée principale supportaient une série de travées en treillis plus petites. Il a été détruit en 1943 par un commando britannique puis reconstruit plus tard.

- Balade au viaduc d’Asopos

Pour aller plus loin


Article de J.C. Souyri dans le bulletin N°1 du Cartoclub Aveyronnais

Vidéo FR3 Le viaduc du Viaur : un ouvrage exceptionnel tombé dans l’oubli
Vidéo Viaduc du Viaur en Drone
Vidéo FR3 Patrimoine : le viaduc du Viaur, prouesse architecturale

Wikipedia : Viaduc_du_Viaur
Wikipedia : Pont de la Trinité
Wikipedia : Paul Bodin