La carte postale de reportage (5) : la coupe automobile Gordon Bennett de 1905

lundi 1er février 2021, par Dumont

Gordon Bennett était un patron de presse américain qui s’établit de manière permanente en France ; il proposa aux Automobiles-Club d’organiser une course automobile avec des équipes nationales. Comme La France était, à l’époque, le premier constructeur automobile du monde, ainsi que le principal organisateur de courses, c’est l’Automobile Club de France qui va organiser la première course en 1900.

Pour agrandir les images il suffit de cliquer dessus.

La dernière course automobile sera organisée le 5 juillet 1905 en Auvergne suivant un parcours montagneux, qui sera appelé le circuit d’Auvergne ou circuit Michelin car ce sont les frères Michelin qui l’ont proposé. Ce circuit permettra de démontrer les qualités des pilotes et des pneumatiques. Michelin créera pour l’occasion sa première carte routière au 100 000ème et en prévision de l’accueil de nombreux spectateurs, éditera un livret présentant le circuit et les concurrents de l’épreuve, mais aussi les ressources touristiques, hospitalières et culinaires de l’Auvergne. Un véritable guide touristique qui peut être considéré comme le précurseur des Guides Verts.

Auparavant les courses se faisaient de ville à ville sur des routes ouvertes à tous les passants. Suite aux dramatiques accidents qui ont eu lieu, le circuit sera fermé à la circulation et surveillé. De gros travaux seront nécessaires pour aménager et sécuriser le circuit, l’intérieur des virages sera creusé tandis qu’à l’extérieur ils seront surélevés et que les arbres seront abattus ; trois passerelles provisoires en bois seront construites pour passer au-dessus des lignes de chemin de fer pour éviter les passages à niveau.

Un village de toile sera monté avec des tribunes pouvant accueillir 10 000 spectateurs, de même qu’une salle pour les 300 journalistes (avec le téléphone et le télégraphe) ainsi que des commerces.

La veille de la course, un orage démolit une grande partie des installations qu’il faudra réparer toute la nuit. Une carte postale nous en montre les dégâts. Près de 80 000 spectateurs sont attendus tout le long du circuit, 7000 soldats et 1000 gendarmes seront mobilisés pour assurer la sécurité pendant la course. Cet évènement va avoir, sur la région, un impact très important à tel point que le Recteur d’Académie va reporter les épreuves du Bac qui devaient avoir lieu le jour de la course.

Six nations, représentées chacune par 3 voitures, vont participer à cette course : La France, l’Angleterre, l’Italie, l’Autriche, l’Allemagne, l’Amérique. Une course préliminaire permettra de sélectionner les 3 meilleures voitures parmi les 24 concurrentes françaises . La course de la coupe, composée de 4 tours de circuit soit un total de 548 km, sera gagnée par le français Léon Théry a une vitesse moyenne de 78 km/h ce qui, compte tenu de l’état des routes à l’époque, prouve les performances des hommes et du matériel.

Pour changer les pneumatiques, il fallait 3 hommes par roue car elles faisaient partie de la voiture et ne se démontaient pas. Michelin avait mis en place une organisation qui permettait de changer de pneumatiques en 2 fois moins de temps que les constructeurs concurrents, Dunlop ou Continental. Cet investissement sera rentabilisé car parmi les 6 premières voitures, 5 étaient équipées de pneus Michelin.

En regardant les nombreuses cartes éditées sur cette course on peut remarquer :

- Toutes les voitures ont le volant à droite car le frein à main était à l’extérieur de la voiture, comme le pilote était souvent droitier il fallait qu’il soit sur la droite. Quand le frein à main a été placé au milieu le volant à été placé à gauche sauf pour les voitures anglaises.

- On peut classer les cartes en plusieurs catégories : Le circuit, l’organisation de la course, les épreuves éliminatoires, les essais, le départ, la course, l’arrivée. Pour des raisons pratiques nous avons classé les cartes par éditeurs.

- Il y a beaucoup de cartes sur le parcours de la course. Ce type de cartes ne présente pas de grand intérêt mais pour les éditeurs, cela leur permettait d’avoir des cartes disponibles à la vente le jour de la course. Mais elles nous permettent de voir l’état des routes tout le long du circuit.

- Lorsque les cartes sont rééditées, il arrive que la photographie soit légèrement différente car plusieurs photographies ont été prises à quelques secondes d’écart au même endroit.

- Beaucoup de cartes donnent l’impression que la photographie a été prise pendant la course. En fait, elles ont été prises quelques temps avant, pendant les essais du circuit. Les voitures que l’on voit souvent sont celles du photographe ou des organisateurs. Et lorsque que l’on voit des voitures de course, les pilotes faisaient la reconnaissance du circuit et n’étaient pas vraiment pressés. Si, sur la photographie, les voitures n’ont pas de capots, c’est qu’il s’agit d’essais sur le circuit. Seules les photos de voitures portant des numéros sur la calandre et ayant un capot, peuvent être considérées comme faisant les éliminatoires (de 1 à 29) ou la course (de 1 à 18). De plus, les pilote et les mécaniciens portaient des combinaisons et des lunettes.

- Les éditeurs ont quelques fois rajouté des numéros sur les photographies. Pour la carte postale de la voiture de Clifford Earp, les éditeurs ont utilisé une photographie des éliminatoires en Angleterre et on peut voir qu’ils ont modifié le N°7 en N°2 (L’Hirondelle et VDC). De plus la voiture utilisée pour la course n’est pas du même modèle !

- Les voitures de Rolls, Bianchi, Lyttle, Dingley et Braun sont immatriculées à Clermont-Ferrand ( 688-F, 689-F, 665-F, 666-F, 695-F), celles de Théry et Callois sont immatriculées à Paris (687-E4, 157-X). Une plaque d’immatriculation est obligatoire pour rouler sur les routes françaises mais elle sera retirée pendant la course.


- Pendant la course on ne voit qu’une voiture à la fois car, pour éviter les dépassements trop dangereux, les coureurs ne partaient que l’un après l’autre et il y avait des arrêts de ré-espacement prévus pour maintenir les écarts entre les voitures.

- Les photographies prises pendant la course sont souvent de mauvaise qualité car les voitures roulaient très vite et les appareils photographiques n’étaient pas très performants à l’époque. Même dans la course de caisses à savon pilotées par des enfants, la photographie de l’arrivée d’un concurrent est floue. Une des possibilités pour avoir une photo nette était de se poster dans un virage car à cet endroit les voitures roulaient plus lentement. La série de photographies de Branger éditées par N.D. Phot est un reportage remarquable car le photographe était présent à plusieurs endroits du circuit pendant la course.

- Le nom des pilotes qui est imprimé sur les cartes est quelques fois approximatif.

Profitant de l’engouement créé autour de cette compétition Auguste Fraignac réalisera la première ascension du Puy-de-Dôme en voiture , le 9 mai 1905, sur une Bruire 16 HP, en empruntant le chemin des muletiers. Les automobiles La Buire, construites à Lyon à partir de 1904, sont engagées dans des compétition et se distinguent particulièrement dans les courses de côte où elles démontrent de réelles qualités de grimpeuses. Dix sept ans plus tard Citroën allait lui aussi promouvoir les qualités des ses voitures en organisant de fameuses expéditions.

Une course "Gordon Bennett pour tout petits" avec des caisses à savon (véhicule ne se déplaçant qu’avec la force de la pesanteur), à l’image de celles des prestigieux pilotes qui les avaient précédés, sera organisée sur une partie du circuit d’Auvergne dans la descente de la côte de la Baraque. Premier SABIN sur Richard-Brasier n°9, deuxième BEAUBIER sur Bayard-Clément n°10, troisième MAYADE sur Pope-Toledo n°1. Le plus jeune pilote avait 5 ans !

Comme l’Automobile Club de France ne souhaitera plus organiser cette compétition automobile, Gordon Bennett lancera la coupe aéronautique en 1906, une compétition pour ballons à gaz qui a encore lieu de nos jours ! Plus tard il créera aussi une coupe pour l’aviation qui durera jusqu’en 1920.

En 2005 La Poste a émis deux timbres pour célébrer les 100 ans de cet événement.

Vous pouvez voir comment chaque éditeur a traité cet événement en vous baladant dans les diaporamas suivants :
- L’Hirondelle (Paris) série 1, série 2.
- La Havane (Clermont-Ferrand) série 1, série 2
- N.D. Phot. (Neurdein Paris) Automobiles, Ballons
- V.D.C. (Veuve Durand et Cie Clermont-Ferrand) série 1, série 2, série 3, série 4, série TOUT-PETITS
- L.L. (Lévy & Fils Paris) série 1, série 2
- Genès Labbé (Clermont-Ferrand) série.
- G. Delaunay (Clermont-Ferrand) série.
- Bougè-Béal (Clermont-Ferrand) série
- Le Journal série
- L.A. (L’Hirondelle Louis Arveau à Prémery, Nièvre) série
- Collection Blot (Lyon) série
- Couty Frère (Clermont-Ferrand) série
- FIAT (Paris) série
- Maison des magasins réunis (Nancy) série
- Bioletto (Lyon) série
- Vacuum Oil série
- Éditeurs Divers série

Un grand merci aux collectionneurs qui m’ont envoyé des copies de leurs cartes postales.
Il manque quelques cartes à cette cartoliste, contactez-moi si vous pouvez la compléter.

Pour aller plus loin

- Le livre photo de la Coupe Gordon Bennett
- Les reportages du magazine La Vie Au Grand Air sur la Coupe Gordon Bennett
- Extrait de l’Histoire de l’Automobile sur la Coupe Gordon Bennett
- Extrait du Petit Magazine de la Jeunesse sur la Coupe des Tout-Petits
- Le diaporama de BalaDôme Le gagnant est ...
- Coupe aéronautique Gordon Bennett Vidéo

Sites à voir :


- A la recherche des circuits oubliés
- Spirit Racer Club
- Cercle Généalogique et Historique Champanellois
- Collection Coupe Gordon Bennett
- Série de cartes postales anciennes de Courses Automobiles en 1905 CPArama